L’adolescence est souvent le moment de la vie où commence la vie affective et sexuelle. Parler de sexualité avec les jeunes peut être complexe. C’est normal, car les changements physiques et psychiques se bousculent à cette période. Découvrir ses désirs et aller à l’encontre des attentes de l’autre est une étape cruciale quand on débute dans la vie sexuelle. Il s’avère ainsi important de découvrir quelques conseils pratiques mêlant sexualité et contraception. Vous allez apprendre sur la sexualité féminine et masculine. Et puis, on va aborder le sujet des méthodes contraceptives.

La sexualité de la femme

La sexualité féminine repose sur un désir basé sur des variables liées à la psychologie. La femme ressent du désir lorsqu’elle se sent bien et profite d’une bonne vie sexuelle. Pour elle, jouir de cette bonne vie sexuelle est synonyme de complicité. Du point de vue de la psychologie, tout désir sexuel provient du cerveau. Cette naissance de désir produit ensuite de l’excitation sexuelle qui renvoie des stimuli à tout le reste du corps, principalement dans la partie des organes génitaux. Tout ceci a pour objectif de bien préparer le corps de la femme. Le vagin est par la suite lubrifié et il est prêt pour la pénétration. Une excitation amplifiée amène à un orgasme. Pour plus d’informations sur les pratiques liées à la sexualité, vous pouvez aller sur sexualite-et-contraception.fr

Il est moins évident de voir extérieurement une femme excitée par rapport à un homme qui a un pénis en érection. En effet, le processus de la sexualité de la femme est plutôt interne. Sa subtilité varie aussi en fonction des zones du corps. Le cerveau cible d’abord le rythme du cœur, puis la pression artérielle croit par la suite. Un afflux sanguinaire se dirige par la suite dans différents endroits du corps. Le vagin de la femme est lubrifié en moyenne trente secondes après la stimulation. Ses parois sont gonflées, le rendant ainsi plus étroit. Et ils vont secréter du fluide vaginal neutralisant l’acidité favorisant par la suite une survie des spermatozoïdes lors de la pénétration. Voilà ce qui se passe concrètement chez la femme lors d’un rapport sexuel, il est temps à présent de connaitre un peu plus sur la sexualité de l’homme.

La sexualité de l’homme

Beaucoup de choses se passent dans le corps de l’homme depuis le réveil à l’érotisme jusqu’au rapport sexuel. Caricaturée par des images, la sexualité de l’homme s’avère être plus complexe que celle de la femme. Le désir sexuel d’un homme peut naitre d’une simple vue de n’importe quelle image provocante comme des longues jambes, des poitrines bombées. Il peut venir aussi à la suite d’un rêve ou simple souvenir érotique. Eh bien sûr, il provient à la suite des caresses ou baisers. La transmission de tous ces stimuli passe par la suite par le cerveau, les décryptant comme étant des excitations sexuelles. A la suite de la reconnaissance cérébrale en tant que stimulation liée à la sexualité, le cerveau émet le message à un centre réflexe situé dans la colonne vertébrale.

L’érection se produit souvent par la suite par un remplissage de sang des tissus spongieux de la verge. La pression sanguinaire rend le pénis rigide qui se redresse. Le corps de l’homme se prépare éventuellement pour un rapport sexuel. Mais tout ceci peut s’arrêter d’un coup en écartant les stimuli. Les spermatozoïdes commencent alors leur parcours à travers le canal déférent. Le long de lors voyage, ils vont se mélanger aux liquides prostatique et séminal. Cela va constituer par la suite la semence masculine ou le sperme. Mais tant que l’homme n’éjacule pas, ce sperme va rester dans l’urètre. L’homme lors d’un rapport sexuel ressent une réelle satisfaction surtout s’il le fait avec une femme qu’il aime. Mais la sexualité va de pair avec les méthodes contraceptives. On va entamer avec la contraception barrière.

Les méthodes contraceptives barrières

Pour ne pas contacter des maladies sexuellement transmissibles et pour éviter les grossesses non désirées, il est essentiel d’utiliser de la contraception lors des rapports sexuels. Pour cela, le choix de la méthode contraceptive est crucial. Il n’existe pas de contraception infaillible, efficace à 100 %. Toutefois, des variantes prouvent leur efficacité. Il y a la contraception non-hormonale qui n’interfère pas dans la menstruation de la femme. Ces contraceptifs sont appelés aussi de barrière. Ils empêchent les cellules sexuelles de l’homme et de la femme de se croiser. Dans ce type de contraception, vous pouvez trouver les préservatifs masculin et féminin. Le condom masculin est fait de latex. On l’insère dans le pénis au moment du rapport sexuel. Efficace à 95 %, il protège contre les maladies sexuellement transmissibles aussi.

Similairement au préservatif masculin, celui de la femme est moins pratique et peut s’insérer à l’intérieur du vagin des heures avant les relations intimes. Outre cela, il y a le DIU ou Dispositif Intra Utérin. Il est à déposer par un professionnel à l’intérieur de l’utérus. Sa durée de vie va jusqu’à une décennie, et sa présence ne gêne pas les relations sexuelles. Son efficacité est de 98 %. Il y a également le diaphragme qu’on introduit dans le vagin pour empêcher les spermes d’aller jusqu’à l’utérus. Son utilisation doit s’accompagner d’un spermicide pour une efficacité jusqu’à 94 %. Il est à présent temps de parler des contraceptions hormonales.

Les méthodes contraceptives hormonales

Les contraceptifs hormonaux ont pour rôle d’empêcher l’ovulation de la femme. Le plus connu d’entre eux est surement la pilule. Avalé quotidiennement, il n’interfère pas à la relation intime. Son efficacité est révélée à 99 %. Il y a aussi le patch à mettre sur la peau. Son application est à renouveler tous les sept jours. Elle est aussi efficace que la pilule. Chaque trois semaines, elle doit être enlevée pour faire apparaitre le cycle menstruel.

Outre cela, il y a l’implant sous-cutané à placer sous l’avant-bras à la suite d’une petite chirurgie. Il est assez onéreux, mais son taux d’inefficacité est presque nul. De plus, il dure jusqu’à trois ans. Il y a également les solutions à injecter tous les trois mois. C’est une contraception sûre à 98 %. Enfin, il y a l’anneau vaginal. C’est un dispositif à mettre dans le vagin pour une durée de trois semaines. Son efficacité s’approche de celle de la pilule. De plus, il assure un retour immédiat à la fertilité dès son arrêt. Pour une sexualité épanouie et sans risques, vous devez donc utiliser une contraception à votre convenance.