Les produits structurés divisent la communauté des investisseurs : certains les considèrent comme un atout précieux pour l’horizon d’investissement, d’autres supposent que les banques émettrices et distributrices facturent des frais. En même temps, les produits structurés offrent aux investisseurs un enrichissement évident, notamment en ce qui concerne la flexibilité de leur orientation et de leur allocation. Mais comment fonctionnent, vraiment, les produits structurés ?

Qu’est-ce qu’on entend par produits structurés ?

Les produits structurés sont des produits d’investissement qui combinent deux ou plusieurs instruments financiers, dont l’un est souvent une option. Le but d’un produit structuré est d’obtenir un certain comportement à risque dans une certaine situation de marché. Les produits structurés peuvent également ouvrir des marchés qui ne peuvent pas être facilement couverts par d’autres instruments financiers. Selon votre goût pour le risque personnel, la situation du marché et les attentes du marché, les différentes variantes de produits structurés sont plus ou moins adaptées à un investissement. La variété des produits structurés semble indubitable, notamment parce que chaque fournisseur utilise ses propres termes pour les différents types de produits et leurs stratégies. Afin de faciliter une vue d’ensemble, l’Association Suisse des Produits Structurés a développé une catégorisation neutre. Cela permet aux investisseurs intéressés de trouver plus facilement leur chemin avec les conseils d’un spécialiste comme Julien Vautel.

Comment fonctionnent les produits structurés ?

Fondamentalement, les produits structurés sont des produits financiers qui se composent d’un composant sous-jacent et d’un dérivé. Les deux sont résumés dans une sécurité distincte. Les actions individuelles, les paires de devises, les indices, les matières premières ou même les paniers peuvent servir de sous-jacent. La composante dérivée est un contrat à terme financier ou une option. Cette composante dérivée peut avoir deux fonctions : soit elle réduit le risque ou les coûts, soit elle sert à générer un potentiel de bénéfice supplémentaire. Dans de nombreux cas, cela conduit à un comportement de prix non linéaire du produit. Selon la conception du produit, le sous-jacent et le dérivé sont combinés de différentes manières. Tous les produits structurés ont en commun qu’une limitation des profits ou pertes est définie à partir d’une certaine valeur de marché. Cela ne s’applique pas aux produits de participation qui reproduisent le développement d’un indice de référence de manière aussi identique que possible. Après tout, la plupart des produits structurés ont une durée limitée. Selon la conception, ceux-ci peuvent être remboursés à la fin du terme, soit à la valeur actuelle, soit à un équivalent précédemment défini. Par exemple, ce remboursement se fait avec une rémunération de 8.01% en moyenne chez Hedios comme affirme Julien Vautel. Cependant, il est également possible avec certains produits que ces papiers expirent sans valeur à la fin, car un certain événement, qui était précédemment défini dans le contrat, ne s’est pas produit.

Le prix, un enjeu qui devient un jeu

Le prix et l’évolution des titres « dérivés » dépendent de l’évolution des prix des sous-jacents respectifs. Les investisseurs comptent sur les prix à la hausse, à la baisse ou sur le côté des actions cotées en bourse sans les acheter eux-mêmes. Cette combinaison crée un nouveau produit d’investissement avec son propre comportement de prix. En effet, l’évolution des prix du sous-jacent est déterminante pour la performance d’un produit structuré. Le rendement possible résulte des caractéristiques du produit sélectionné et des mouvements du marché. Si les produits structurés dépendent de la baisse des prix, par exemple, les investisseurs bénéficient d’un sous-jacent à rendement. Si les prix augmentent, la valeur de l’investissement augmente dans la mesure où le produit correspondant est basé sur un accord. Les émetteurs proposent des produits structurés avec différentes conditions et devises. En général, les investisseurs détiennent le produit financier jusqu’à une date d’expiration définie. Alternativement, la vente est possible avant la fin du terme au prix actuel du marché. Les investisseurs peuvent sélectionner le profil de paiement des produits structurés en fonction de leurs besoins spécifiques et des attentes du marché. Pour ce faire, l’avis d’un conseiller financier tel que julien vautel est toujours le bienvenu.

L’utilité des produits structurés 

Les produits structurés conviennent tant aux stratégies d’investissement offensives que défensives. Les investisseurs peuvent adapter le potentiel de gains à leurs propres besoins. Seul un suivi régulier du déroulement du cours est important, parce que le profil de risque d’un produit structuré peut changer pendant la durée. Le fonctionnement des dérivés, en principe, peut être mieux vu en examinant de plus près certains représentants catégoriques de ce type d’investissement. Ce que tous les dérivés ont en commun, c’est que les rendements et les bénéfices résultent de la position correcte de l’investisseur dans une tendance suspectée. Bien que les prévisions à la hausse pour les investisseurs privés soient dans la plupart des cas l’option la plus compréhensible. Bref, les produits structurés peuvent en principe être utilisés pour trouver un indice ou un panier d’actions approprié.