Vous avez fait une demande de crédit et vous avez engagé votre bien immobilier à titre de gage ? Sachez que si vous ne parvenez pas à rembourser votre crédit pour une raison ou pour une autre, la banque est en droit de procéder à la saisie du bien immobilier en question. La saisie est aussi totalement légale dans le cadre d’un crédit hypothécaire si l’emprunteur a hypothéqué des maisons lui appartenant et que par la suite, il n’arrive pas à payer ses dettes. Afin d’éviter la saisie de votre bien immobilier, voici comment procéder.

Demandez un délai de grâce

Il est clair que si vous ne parvenez pas à rembourser votre crédit à temps, c’est qu’il y a une bonne raison. Cependant, votre créancier ne l’entendra pas de cette oreille, car pour lui, vous avez failli à votre engagement. Pour obtenir réparation, il se trouve contraint de procéder à la saisie du bien immobilier que vous avez mis en gage. Toutefois, vous pouvez demander un délai de grâce afin que votre créancier accepte de prolonger le délai de paiement de votre dette. Pour faire une telle requête, vous devez vous faire accompagner par un avocat. Vous mettrez ensuite en place une procédure à l’amiable avec votre créancier et vous devez vous engager à respecter les termes de cette nouvelle entente. Le cas échéant, vous pourrez faire une croix sur votre bien immobilier. Parmi les raisons approuvées par les créanciers dans le cadre d’une demande de grâce figurent la situation de chômage ou encore le retard de financement. Pour en savoir davantage à ce sujet, rendez-vous sur le site apirem.fr.

Procédez à une vente à l’amiable

Afin de contourner la saisie immobilière, vous pouvez faire une vente à l’amiable. Cette procédure consiste à rédiger une lettre qui sera adressée à la commission de surendettement. Cette entité est en mesure de suspendre la saisie immobilière en intervenant directement auprès de la juridiction compétente. Bien entendu, vous devez présenter des raisons convaincantes pour que la commission de surendettement accepte d’intervenir pour vous. Quant au créancier, il prendra le temps d’évaluer vos possibilités à rembourser vos dettes. Une vente à l’amiable du bien immobilier peut ainsi être envisagée d’autant plus qu’il s’agit d’un moyen d’éviter la saisie. Le juge reste le seul à pouvoir autoriser la vente ou à la refuser. Il peut arriver également que le juge ordonne la vente forcée du bien immobilier. Dans ce cas-là, il lui revient de fixer la date de la transaction.

Tournez-vous vers la vente à réméré

Vous êtes menacé d’une saisie immobilière ? La vente à réméré peut vous sauver la mise. Ce type de vente vous permet de faire racheter votre bien immobilier dans une période de 5 ans afin d’obtenir une liquidité et rembourser par la même votre dette. Durant cette période, vous aurez le droit d’occupation. À la fin du délai d’achat, vous perdez votre droit et vous devez vous affranchir d’une indemnité d’occupation auprès de l’acheteur. Vous pourrez alors racheter à nouveau le bien immobilier pour en redevenir le propriétaire. Grâce à la vente à réméré, votre bien immobilier ne fera pas l’objet d’une saisie, car vous obtiendrez la somme nécessaire pour rembourser votre crédit. Qui plus est, vous aurez pleinement le droit de racheter votre bien.

D’autres astuces permettent d’éviter la saisie immobilière, mais celle citée ici a déjà porté leur fruit maintes fois. Étant donné qu’une telle situation réclame une solution rapide et efficace, ne prenez pas des risques à tester des méthodes peu fiables. Gardez en tête que tant que votre insolvabilité est justifiée et qu’il n’y aucune mauvaise foi de votre part, vous pourrez toujours entamer la négociation avec votre créditeur.

Bien que le prêt hypothécaire permette d’obtenir un financement conséquent, il faut rester vigilant et s’assurer de sa capacité à rembourser son crédit. Le cas échéant, on s’expose à la saisie immobilière et le risque de perdre son bien immobilier est élevé.