Une expression populaire dit qu’un cheval a cinq cœurs, l’un dans sa poitrine et quatre autres dans ses sabots. C’est pourquoi la construction du sol est l’une des étapes les plus importantes dans la construction d’une écurie. Pareille pour les revêtements de sol qui doivent non seulement être durables et stables pour garantir le confort, l’hygiène et la sécurité des chevaux.

 

Le sol naturel comme plancher équestre

Il est possible de laisser le sol sur lequel l’écurie est construite comme plancher. Cela peut être de l’argile, de la terre ou du sable. Cette option est bon marché, mais peut être durable. Le seul problème est qu’elle demande un travail quotidien de nivèlement et de remplacement saisonnier.

Avec un sol argileux, il est primordial de le maintenir sec et propre, plus une couche de gravier fin en dessous. Tout cela pour prévenir les trous de sabots des chevaux qui sont dus à l’humidité.

Pour les sols sableux, faire attention dans les endroits où les chevaux mangent. Si des grains de sable pénètrent dans leur estomac, cela va provoquer des coliques intestinales.

La règle principale pour un sol naturel c’est la sécheresse et la propreté. Puis un remplissage régulier pour le sable. Un plancher de sol naturel est aussi un moyen de contribuer à la tendance du moment qui est l’écurie active. Pour en savoir plus sur ce qu’est une écurie active, rendez-vous sur www.eco-ecurie.fr

Le bois comme plancher équestre

Durant l’époque où les chevaux ont constitué le principal moyen de transport humain, toutes les écuries ont eu un parquet. La qualité des écuries était de la plus haute importance et la technologie de leur construction était perfectionnée. Le sol en bois reste l’option le moins fatiguant pour les sabots du cheval. De plus, il est chaud, antidérapant lorsqu’il est sec et relativement facile à entretenir.

Toutefois, un traitement spécial est nécessaire pour qu’il ne pourrisse pas à cause de l’urine et de l’eau renversée, et aussi pour que les insectes et les rongeurs ne s’y installent pas. L’épaisseur d’un plancher en bois doit être d’au moins 5 cm et une couche de sable ou de gravier sous le plancher en bois est nécessaire pour le drainage et la stabilisation des sols. Les espacements entre chaque planche doivent aussi être remplis de sable pour éviter que les aliments ou la litière ne tombent à l’intérieur.

Le petit Inconvénient avec ce type de plancher est le fait qu’ils stockent les odeurs ; du coup, ils sont difficiles à désinfecter. Leur coût est une autre raison pour laquelle il n’est pas aussi populaire pour une carrière équestre.

Le béton le brique, l’ecoraster et l’asphalte comme plancher équestre

Les revêtements en béton sont très courants pour leur durabilité et du fait qu’ils sont faciles à nettoyer. Pour le sol de sa stalle et de sa passerelle, c’est le meilleur choix. Il est quand même préférable de mettre un tapis en caoutchouc sur le béton, ou une couche très épaisse de revêtement de sol pour prévenir le froid et l’humidité.
Pour un sol en brique, son installation est ce qu’il faut le plus prendre en compte, car avec une mauvaise installation, la surface du sol devient ondulée et est difficile à nettoyer.

L’ecoraster ou des grilles métalliques placés sur le sol dans les étables sont aussi un procédé à envisager. C’est une sorte de nid d’abeille placé sur une couche épaisse de sable ou de gravier fins, rempli de copeaux de roche pour créer une couche uniforme. Il est parfait pour créer un effet esthétique et fonctionnel pour l’ecurie exterieur.

L’asphalte est légèrement plus confortable pour les sabots de cheval que le béton. Pour avoir un revêtement stable, une couche d’asphalte épaisse est utile pour éviter les fissures. Ce matériau est l’une des options les moins chères pour le revêtement de sol dans les stalles et les allées.