En économie politique, la mise en œuvre des stratégies pour réguler l’activité économique d’un Etat à moyen et long terme nécessite l’atteinte des objectifs, en particulier la croissance économique. Tout cela dépend de la volonté de l’Etat de mettre en pratique ses différents instruments de sortie de ses problèmes économiques.

Les différents aspects des problèmes économiques

Les problèmes économiques se caractérisent par une récession pendant au moins deux trimestres consécutifs. Ceux-ci correspondent à une forte réduction et d’une manière durable de la production ou encore par une dépression. Dans certains contextes, l’on constate à un retournement du cycle économique. L’origine des problèmes économiques prend principalement de la forme de crises de change, c’est-à-dire lorsque la monnaie se déprécie de plus de 25 % au cours d’une année, de crises bancaires (gel des dépôts, fermeture des banques …), ou de crises boursières (forte chute de cours). Cette crise impacte d’une manière négative sur l’avenir des ménages et des entreprises. Cela entraîne des réorientations ou des anticipations en baisse en matière de consommation et d’investissement. Les problèmes contribuent à la réticence des banques d’accorder des crédits aux entreprises qu’aux ménages (crédit crunch). Ceux-ci se traduisent par un effet de richesse négatif dont l’ampleur dépend du patrimoine des agents économiques. Pour remarque, si le patrimoine d’un agent économique augmente, il a tendance à consommer davantage et accroître son endettement.

Les politiques économiques pour faire face à la crise

En économie politique, il existe deux principales politiques pour faire face à la crise. Tout d’abord, les politiques conjoncturelles qui régulent l’activité économique pour atteindre les quatre objectifs. Ces objectifs économiques sont fondés sur la croissance économique, la réduction du taux de chômage, la stabilité des prix et l’équilibre du commerce extérieur. Ensuite, les politiques structurelles, ces dernières agissent sur les particularités de l’économie. Elles garantissent la concurrence et la liberté des prix et améliorent la compétitivité des industries…

En matière d’économie politique, les Etats possèdent quatre principaux instruments d’intervention : les politiques monétaires, budgétaires, industrielles et commerciales. Si l’on prend le cas des politiques monétaire, celles-ci agissent sur le montant du crédit via les taux d’intérêt plus ou moins élevés. Sur ce point, plus le taux est faible, plus le crédit est facilement accessible. Ce phénomène incite à la consommation et à l’investissement et stimule la croissance. Dans certains cas, l’’Etat peut recourir à la dévaluation de la monnaie en cas de grave difficulté.