L’investissement locatif meublé (ou non) offre un certain nombre d’avantages : se constituer un patrimoine, préparer sa retraite, engendrer des revenus supplémentaires… Bien souvent, c’est l’immobilier neuf qui séduit les acheteurs et pourtant l’acquisition d’un bien ancien présente également des atouts considérables que de nombreux épargnants ignorent. Avant de vous lancer, il convient de connaître les avantages apportés par l’immobilier ancien, mais aussi de prendre conscience des éventuels points négatifs.

Des atouts économiques sur le long terme

Comparé à l’acquisition d’un immobilier neuf, l’achat dans l’ancien vous offre des avantages financiers considérables. En effet, selon les chiffres, un bien ancien peut se révéler 15 à 25 % moins cher qu’un logement neuf. Cet écart des coûts peut encore descendre lorsque la maison en question est à rénover. Vous pourrez ainsi obtenir un prix d’achat 30 % moins onéreux.

Notez en outre que la valeur du bien peut augmenter rapidement une fois les travaux de rénovation sont réalisés (sur la structure, énergétique, installation et équipement). D’autant plus que ces travaux peuvent être financés par des subventions de l’État ou donner lieu à une réduction d’impôts. Vous pourrez ainsi obtenir une rentabilité plus élevée et à terme, la future plus-value sera plus importante dans le cadre d’une revente.

L’emplacement des immobiliers anciens représente également un atout non négligeable. Si les constructions neuves se trouvent surtout en périphérie, les offres de logement ancien sont généralement situées en centre-ville, dans un quartier historique ou dans de grandes villes avec un marché très dynamique comme Paris ou Lyon. Vous aurez ainsi une plus grande diversité pour le choix des immobiliers à acquérir. Si vous envisagez un investissement lmnp (location meublée non professionnelle), cliquez ici pour obtenir de l’aide.

Fiscalité et dispositif d’aide à connaître

Si l’achat d’un bien neuf permet de bénéficier de nombreux avantages fiscaux, l’acquisition dans l’ancien n’échappe pas à la règle. En effet, vous pourrez jouir de différentes aides lors de l’investissement notamment si ce dernier répond aux critères imposés par la législation. Il est par exemple possible d’appliquer la loi Pinel si vous réhabilitez le bien comme à son état neuf. Ce dispositif s’applique également pour les logements qui ne répondent pas aux critères de décence et les locaux professionnels transformés en habitation. 

Les épargnants pourront aussi bénéficier d’un prêt à taux zéro (PTZ) dès lors que le montant des travaux de rénovation représente 25 % du prix d’achat total. D’autres dispositifs sont également proposés afin d’alléger le financement de la réhabilitation. Parmi eux, on peut citer la loi Malraux et la loi Monuments historiques qui donnent lieu à une réduction d’impôts très avantageuse.

Pour finir, l’immobilier ancien offre une occasion de défiscalisation à connaître puisque les travaux réalisés peuvent être déduits des revenus fonciers. Avec un statut de lmnp ou lmp (location meublée professionnelle), vous pourrez percevoir un complément de revenus faiblement imposés si le logement est loué 3 ans après la rénovation. 

Quelques inconvénients à tenir compte

En dépit de ces nombreux atouts, l’immobilier ancien présente certains points négatifs qu’il faudra connaître avant de vous lancer dans le projet. Comme le logement n’est pas récent, son acquisition sera bien évidemment accompagnée d’autres dépenses lors de l’achat et après. Pour commencer, il faut citer les frais de transaction notamment les honoraires du notaire et les droits d’enregistrement. Ils sont en effet plus élevés que pour un bien tout juste achevé : 7 à 8 % contre 2 à 3 % pour un logement neuf.

Naturellement, les charges liées à l’entretien et à la rénovation énergétique seront également plus onéreuses. On peut par exemple citer les frais relatifs au remplacement ou la maintenance des équipements et installations encore anciennes. Vous devrez par ailleurs effectuer un diagnostic thermique ainsi qu’une rénovation énergétique pour optimiser les performances thermiques de la maison. Les dépenses seront encore plus importantes si des travaux de conformité sur les installations électriques et le chauffage sont à réaliser.

Il convient donc de bien évaluer les travaux à entamer après l’achat pour éviter que ces derniers pèsent trop lourd dans le budget. Pour cela, il faudra vérifier la qualité de la structure et l’état du logement lors de la visite. Dans la mesure où un investissement dans une lmnp ancien peut s’avérer coûteux et présente des risques, sollicitez les conseils avisés d’un professionnel de l’immobilier avant d’acheter. C’est une garantie de réussite de votre placement.