Quoi qu’il doive être bu avec modération, le rhum a été une boisson dont la dégustation n’a jamais cessé de continuer. Son histoire intrigue beaucoup les heureux visiteurs de la Martinique. De son origine, le rhum Neisson cache bien ses secrets de fabrication. Quelles sont les techniques de sa préparation et quelles sont les caractéristiques qui font qu’il soit le meilleur rhum ?

Origine du rhum Neisson

Le mot Neisson est un nom originaire de la famille d’Adrien et de Jean Neisson, deux frères. Etant plus jeune, ils avaient chacun leur rêve. Mais l’un comme l’autre, ils gardaient secrètement en eux ce grand désir de construire, un jour, à eux deux une très grande usine de fabrication. Au départ, ils ont tout fait pour arriver à amasser une certaine somme d’argent pour finalement acheter un grand terrain à Thieubert, qu’ils ont estimé être capables de faire une grande culture. Non loin de leur commune, ils ont alors décidé qu’Adrien l’aîné, se charge de la plantation de canne à sucre et de son exploitation. En effet, leur idée c’est de transformer ces cannes à sucre en un produit qui leur rapporterait plus de bénéfice. Vient alors la décision de Jean d’aller faire des études de chimie pour obtenir les capacités nécessaires à la fabrication du rhum. Là est née la distillerie des deux frères. Leur plus grand succès, c’est le rhum Neisson, une idée que Jean a eu lors de son voyage à la Martinique. Pour plus d’informations, cliquez ici.

Le rhum Neisson, pourquoi est-il si célèbre ?

Le rhum Neisson est un rhum blanc qui a été récompensé en 2016 par une médaille d’or. C’est ce à ce moment que le nom a été propulsé et a été reconnu par le monde entier. Cette célébrité est le fruit du dur labeur et de la passion des frères Jean et Adrien. Les personnes qui ont dégusté, ont affirmé sa qualité originale du terroir de la Martinique. Normalement, lorsque des abonnés goûtent à un rhum tout à fait classique, il y a toujours cette saveur agressive et amère qui reste au fond de la gorge. En revanche, la force du rhum Neisson c’est sa douceur et son arôme qui gardent toutes les traces de son pays d’origine. Sa couleur cristalline, attire le regard et vous rappelle une odeur de canne, de miel et aussi de coco. Mais aussi des parfums de fleurs, de fruits, de vanilles et d’épices. La variété des produits Neisson fait son affaire. En effet, il n’y en a pas qu’un seul. Des rhums à tirage confidentiel sont au rendez-vous, ils ont subi un vieillissement de plus de 20 ans.

Les caractéristiques du rhum Neisson

Bien que la Martinique soit un grand producteur de rhum, la qualité de son alcool a toujours gardé son authenticité depuis des siècles de fabrication. Le broyage des cannes permet d’obtenir la matière première. Comme tous les rhums, cette caractéristique commune offre à la liqueur une couleur transparente. Les différents procédés de fabrications du rhum Neisson changent en fonction du pourcentage d’alcool qu’il y a dans chaque récipient à épaule carré. Pour le rhum Neisson de 55 degré par exemple, c’est le mélange de canne bleue et rouge, de canne cannelle, et de cristalline et bien d’autres ingrédients. Le vieux rhum Neisson 45%, lui est à base de canne et de chêne. Une multitude d’assortiments et de mélanges est née, comme le Neisson cuvée, l’esprit blanc, Neisson brut de fût, et encore d’un alcool vieux datant de 1996, ou de 2010. C’est une preuve de la grande maitrise des techniques de préparation. Une technique millénaire qui a été perpétuée par deux jeunes frères visionnaires qui n’avaient pas peur de réaliser ses desseins. Grâce à cette boisson alcoolisée, plusieurs personnes ont trouvé leur compte et continuent à s’en délecter.

Les techniques de préparation du rhum Neisson

Avant de passer le rhum dans la bouche, essayez d’imaginer comment ce liquide a été fabriqué. La première technique d’obtention du rhum, c’est par la distillation du jus de canne. En effet, tout dépend de cette plante. Sans elle, pas de rhum. Du côté agricole, la plantation des cannes à sucre est une spécialité qui requiert une main d’œuvre experte. Pour pouvoir obtenir une bonne production, l’état des plantes doit être constamment surveillé. Cela participe à la production d’un bon verre de rhum Neisson. La deuxième étape du processus, c’est de passer à la fermentation. Ce procédé consiste à transformer les éléments chimiques contenus dans la canne en acide, en gaz ou justement, en alcool. Cela dure environ deux à trois jours. Le mélange est généralement ajouté de levure traditionnelle et sauvage, issu du pays, ou de mélasse, des résidus de cannes. C’est cette levure qui provoque la fermentation des organes végétaux. L’usine de distillerie des frères Neisson fait tout le mécanisme de production, du début jusqu’à la mise en bouteille. Ses matières premières suffisent à faire tourner l’entreprise.