On ne présente plus le pho au bœuf, célèbre soupe emblématique de la cuisine vietnamienne. Maintenant à la carte de tous les restaurants, elle connaît beaucoup de succès. Cependant, essayer de la refaire à la maison n’est pas une mince affaire, et il est préférable de s’assurer d’avoir une bonne recette.

Origine et histoire du pho vietnamien

Le pho vietnamien au bœuf est un plat emblématique du pays. En effet, au Viêtnam, il se consomme abondamment, à toute heure et notamment au petit-déjeuner. Dans les rues de Ha Noi, on trouve des vendeurs tous les 100 m, et ce, dès les premières lueurs du jour. Il serait le fruit de mélanges culturels et cette histoire rend sa consommation encore plus intéressante. La présence des Français au Viêtnam aurait amené les Vietnamiens à améliorer une recette de soupe populaire en ajoutant du bœuf, pourtant peu consommé au Viêtnam. Est-ce que le but était de se rapprocher du célèbre pot-au-feu ? C’est ce que disent certaines rumeurs. Il serait également possible que la cuisine chinoise ait apporté son grain de sel à la recette du pho. En effet, de fortes similitudes existent entre la célèbre soupe vietnamienne et certaines soupes cantonaises.

La soupe pho en recette demande un bon bouillon

Le plus important dans la réalisation d’un bon pho est la recette du bouillon. Il existe des aides culinaires sous forme de cube ou de poudre pour reproduire le goût du bouillon parfait, mais il est certain que la recette maison donne un résultat inégalable. Assurez-vous que votre recette demande une cuisson de 6 h minimum, c’est un gage de qualité. Le bouillon doit contenir des os à moelle et de la viande de jarret de bœuf. Ensuite, les épices sont rajoutées : anis étoilé, bâtons de cannelle, gingembre, oignon grillé, cardamome, clous de girofle, nuoc mam, … Selon les recettes et les régions, les épices peuvent varier, mais la base reste toujours la même. Le plus important est de tout laisser mijoter très longtemps, puis de dégraisser le bouillon avant de le servir.

Servir le pho dans les règles de l’art

La soupe se sert bien sûr dans un grand bol. On dispose en premier les nouilles de riz et des pousses de haricot mungo. Ensuite, on rajoute de la viande de bœuf cuite. Cela peut être du plat de côtes, de la macreuse, de la poitrine, du flanchet, des boulettes ou même des tripes. Ensuite, votre pho en recette doit nécessairement comporter des lamelles de rumsteck cru, préalablement saisi dans le bouillon. Enfin, il est temps de verser le bouillon bouillant, qui va finir de cuire le rumsteck. Ensuite, chaque convive assaisonne à sa façon avec du jus de citron, des rondelles d’oignon mariné au vinaigre et des herbes aromatiques (coriandre, ciboulette asiatique, …).