Est-il possible d’être infecté par le VIH uniquement lors de rapports sexuels ? Le sida est-il désormais guérissable ? Qui a l’air en bonne santé, n’a pas le VIH ? Il existe toutes sortes d’idées fausses sur l’infection par le VIH ! Sur lequel vous êtes-vous déjà assis ?

« Le VIH/SIDA est guérissable »

Une infection par le VIH n’est plus une condamnation à mort. Les médicaments modernes peuvent arrêter la progression de la maladie. Le virus n’est parfois plus détectable dans le sang. Cependant, il n’existe toujours pas de remède qui élimine complètement le virus de l’organisme. Dans certains cas, par exemple après une greffe de moelle osseuse, aucun virus n’était détectable dans le sang des patients, même sans médicament. Mais même dans ce cas, les médecins ne parlent pas de guérison.

« Un test VIH négatif donne la certitude à 100% que vous n’êtes pas infecté »

Un test d’anticorps au VIH recherche les anticorps contre le virus HI, que le système immunitaire produit après l’infection. Mais cela prend du temps ! Les anticorps peuvent généralement être détectés après six et au plus tard après douze semaines. Que vous soyez infecté ou non, le test du sida peut donc déterminer de manière fiable si vous êtes infecté ou non au plus tôt six semaines après le moment possible de l’infection.

« Ceux qui ont l’air en bonne santé ne sont certainement pas infectés »

La plupart des personnes restent sans symptômes pendant des années après l’infection par le virus HI, même sans traitement. Si une personne semble en bonne santé, elle peut toujours être séropositive et infecter d’autres personnes. Au fait : même si le patient lui-même ne ressent encore rien, son système immunitaire est encore secrètement endommagé. Un test précoce et un traitement rapide sont donc toujours importants !

« Les mères séropositives infectent leurs enfants avant leur naissance »

C’est possible, mais ce n’est pas obligatoire. Les médicaments antirétroviraux réduisent la charge virale dans l’organisme. Plus il est faible, plus le risque de transmission du VIH au bébé est faible. Si le bébé est encore pris par césarienne à la 38e semaine de grossesse, le taux de transmission peut être réduit à moins de deux pour cent.

« Les personnes séropositives ne sont plus autorisées à travailler parce que le risque d’infection est trop élevé »

En principe, les personnes séropositives sont autorisées à exercer n’importe quelle profession, y compris les professions de santé telles que médecins ou infirmières. Cependant, il existe certaines restrictions. Les pilotes et les agents de bord peuvent avoir des problèmes parce que certains pays interdisent l’entrée aux personnes infectées par le VIH. De plus, la question de savoir si un médecin séropositif doit pratiquer des opérations à haut risque de blessure dépend de la charge virale actuelle et n’a pas encore été clarifiée de manière concluante.

« Si vous prenez des médicaments contre le VIH, vous ne pouvez infecter personne »

Les médicaments antirétroviraux empêchent le virus HI de se multiplier. Afin de ne pas infecter qui que ce soit, la charge virale (nombre de virus HI dans le sang) doit être très faible. Avec une thérapie conséquente, c’est surtout possible aujourd’hui. Le nombre de virus dans le sang peut augmenter légèrement, même à court terme. Mais même dans ce cas, une infection est extrêmement peu probable. Pour être sûr, les personnes traitées doivent se faire examiner tous les trois mois.

« Pour être infecté, il faut avoir été exposé au virus HI à plusieurs reprises ».

Une fois n’est pas coutume, ce dicton ne s’applique pas à l’infection par le VIH. Le virus ne doit pas nécessairement l’être, mais il peut être transmis lors du tout premier ou du seul contact (par exemple, lors d’un rapport sexuel non protégé avec une personne infectée) et peut entraîner une infection.

« On ne peut contracter le VIH que par le sexe »

Le virus HI est présent dans le sang, le liquide séminal, les sécrétions vaginales, les sécrétions de plaies, le pus et dans la muqueuse intestinale. L’agent pathogène peut pénétrer dans le corps par de minuscules blessures. Le risque le plus élevé se situe en effet lors de rapports sexuels non protégés. Mais l’utilisation courante de matériel d’injection peut également entraîner l’infection de piercings et de tatouages inappropriés.

« Vous pouvez être infecté si vous utilisez la même tasse qu’une personne séropositive »

Une hypothèse encore très répandue, mais qui est fausse : le contact physique, le contact cutané, le fait de manger ensemble, de partager la vaisselle, les vêtements et le linge ou de partager la piscine, le sauna, les toilettes et les lavabos ne comportent aucun risque d’infection. Cela s’applique même au French kissing, il n’y a pas de transmission connue dans le monde entier qui ait eu lieu de cette manière.